Les découvertes : Une tradition familiale

[vc_row][vc_column]

La mise en lumière de l’historique d’objets importants

Une tradition familiale

[vc_column_text]« Mon père était un homme d’amour. Son métier et sa famille étaient ses seules passions, ses découvertes, sa fierté. Ma mère, toujours à ses côtés, l’a sans cesse soutenu, aidé et encouragé.

Encore aujourd’hui, je me souviens de l’énergie dépensée sans jamais compter afin de découvrir et de présenter les objets les plus rares, les plus originaux, ceux qui éveillent en nous l’envie d’apprendre, l’irrésistible ‘démangeaison’ de la recherche, le besoin absolu de parcourir des livres… Cela n’allait pas sans déclencher mille jalousies et jalonner leur chemin de contraintes que d’aucuns auraient pu penser insurmontables, mais qui a défaut de les arrêter les ont rendus plus forts tout au long de leur carrière.

Il serait ici trop long de se lancer dans un inventaire exhaustif de toutes leurs découvertes, mais il me fait plaisir de vous en présenter quelques-unes qui sont devenues de véritables icônes des collections muséales dans lesquelles elles se trouvent aujourd’hui.

L’héritage se devait d’être assumé, mais la récompense n’en a été que plus importante… et c’est pour moi aujourd’hui une joie immense, soutenu par mon épouse et entouré de mon équipe, que de pouvoir perpétuer cette tradition familiale… »[/vc_column_text][vc_separator][steinitz_content_block sc_layout=”four” sc_title=”PROVENANT DES COLLECTIONS DE LOUIS XIV AU CHÂTEAU DE VERSAILLES, ET AUJOURD’HUI CONSERVÉE AU J. PAUL GETTY MUSEUM” sc_subtitle=”PETITE TABLE À ÉCRIRE ATTRIBUÉE À PIERRE GOLE (VERS 1620- 1684)” sc_img=”1347″ sc_btntxt=”Lire la suite” sc_btnurl=”https://steinitz.fr/petite-table-a-ecrire-attribuee-a-pierre-gole/”]

« Cette table à écrire attribuée à Pierre Gole et provenant des collections de Louis XIV à Versailles, rare témoin du mobilier du premier Trianon de porcelaine, a été présentée par mes parents lors de la Biennale des Antiquaires de Paris en 1982. J’avais à l’époque douze ans et l’impact qu’a eu sur moi cette table influença à jamais ma vie future. »

[/steinitz_content_block][steinitz_content_block sc_layout=”two” sc_title=”POUR LOUIS XIV AU CHÂTEAU DE VERSAILLES AUJOURD’HUI CONSERVÉ AU METROPOLITAN MUSEUM OF ART” sc_subtitle=”EXCEPTIONNEL BUREAU EXÉCUTÉ VERS 1685 PAR ALEXANDRE-JEAN OPPENORDT (1639–1715)” sc_img=”1283″ sc_btntxt=”Lire la suite” sc_btnurl=”https://steinitz.fr/exceptionnel-bureau-execute-vers-1685-par-alexandre-jean-oppenordt/”]« Je me souviens encore de mon père nous expliquant sa décision de vendre ce chef-d’œuvre à madame Wrightsman, célèbre donatrice du Metropolitan Museum, pour, à sa manière, remercier le peuple américain du sacrifice tellement cruel de tant de jeunes soldats venus les libérer, en se rappelant encore, avec un sourire amusé et un petit clin d’œil malicieux qui était tellement lui, le souvenir inoubliable que lui avait procuré les premières boîtes de « corned-beef » que ces libérateurs lui avaient offert. »[/steinitz_content_block][steinitz_content_block sc_layout=”four” sc_title=”EXÉCUTÉS VERS 1664-1665 PAR PIERRE MASSÉ (REÇU MAÎTRE EN 1639)” sc_subtitle=”PAIRE DE FLAMBEAUX DE TOILETTE CARRÉS PORTANT LES EMBLÈMES DU GRAND DAUPHIN, FILS DE LOUIS XIV” sc_img=”1310″ sc_btntxt=”Lire la suite” sc_btnurl=”https://steinitz.fr/paire-de-flambeaux-de-toilette-carres/”]« Cette précieuse paire de flambeaux, au décor royal et aux dauphins entrelacés et couronnés à l’évocation du Grand Dauphin de France, sont de rarissimes témoignages d’orfèvrerie ayant survécu aux grandes fontes de la fin du règne de Louis XIV. Ils constituent l’un des nombreux objets offerts par mes parents aux musées français ».[/steinitz_content_block][steinitz_content_block sc_layout=”two” sc_title=”EXÉCUTÉE PAR FRANCESCO RIGHETTI (1749-1819) ET ORNÉE DE SON PLATEAU DE MARQUETERIE DE MARBRE ET DE PIERRES DURES PAR GIACOMO RAFFAELLI (1753-1836)” sc_subtitle=”EXTRAORDINAIRE TABLE DE BRONZE DORÉ” sc_img=”1367″ sc_btntxt=”Lire la suite” sc_btnurl=”https://steinitz.fr/extraordinaire-table-de-bronze-dore/”]« Cette extraordinaire table reste pour moi un souvenir inoubliable ! Entraperçue avec mon père chez un expert, mais ne pouvant l’acquérir car déjà promise à une vente publique, ce fut pour nous, dans un premier temps, un véritable objet de torture. En effet, nous étions tous deux tombés sous le choc, mais contraints de ne pas pouvoir satisfaire dans l’immédiat notre « appétit » instinctif. Il nous fallut dès lors attendre fébrilement la date fatidique… Finalement, la jouissance fut à la hauteur de la torture…La table devint nôtre sans résistance ! Nous avions, sans le savoir, jeté un sort sur cet objet qui ne pouvait plus qu’être acquis par nous. »[/steinitz_content_block][steinitz_content_block sc_layout=”four” sc_title=”VENDUE À PARIS EN FÉVRIER 1777, PUIS DE LA NON MOINS FAMEUSE COLLECTION DU BARON VAN HOORN DE VLOOSWYCK, VENDUE À PARIS EN NOVEMBRE 1809″ sc_subtitle=”BAS D’ARMOIRE PAR ANDRÉ-CHARLES BOULLE AYANT FAIT PARTIE DE LA FAMEUSE COLLECTION DE RANDON DE BOISSET” sc_img=”1377″ sc_btntxt=”Lire la suite” sc_btnurl=”https://steinitz.fr/bas-darmoire-par-andre-charles-boulle-ayant-fait-partie-de-la-fameuse-collection-de-randon-de-boisset/”]« Lorsque j’ai découvert cet extraordinaire meuble d’André-Charles Boulle, il avait été dans son passé récent mal interprété et son historique avait échappé à l’étude qui en avait été proposée. Il s’est révélé en fait, grâce aux recherches menée par Alexandre Pradère, provenir des célèbres collections Randon de Boisset et Van Hoorn. L’ étude complète et détaillée de ce meuble a été publiée dans notre catalogue de 2014. »[/steinitz_content_block][/vc_column][/vc_row]